Silver47, qui sommes-nous ? Découvrez nos produits Visitez la boutique Un peu de lecture

 

 

 

 

 



 


Eclaircissements





 

L’eau a des vertus intéressantes pour ce qu’elle emporte (lors de son élimination) et non pas ce qu’elle apporte. En effet, les minéraux de l’eau ne sont assimilables par l’organisme qu’à 1%. Le reste sera éliminé dans l’urine par les reins.
Malgré le fait qu’elle nous paraisse familière et que sa structure chimique « H2O » ait été découverte il y a fort longtemps, l’eau reste encore un mystère sur le plan scientifique.

 

L’eau facteur de santé ou de maladie

 

Nous souhaitons tous vivre le plus possible en bonne santé et pour cela nous faisons attention à notre alimentation ainsi qu’à notre hygiène de vie physique et mentale. Cependant un facteur primaire nous échappe : la qualité de l’eau que nous buvons quotidiennement.


La teneur en eau du corps humain

 

A la naissance, le corps humain est composé à 80% d’eau. Lors du vieillissement naturel du corps humain, les tissus perdent de l’eau et donc se déshydratent.
On peut survivre plus d’un mois sans manger mais on ne peut survivre que très peu de temps sans boire.
Nous utilisons constamment et quotidiennement de l’eau ce qui banalise à nos yeux cet élément si riche et précieux.


Les minéraux contenus dans l’eau sont-ils bénéfiques pour la santé ?

 

Le Professeur Henri Schroeder, spécialiste mondial en matière de minéraux, affirme que nous ne pouvons assimiler tout au plus qu'1% des minéraux contenus dans l’eau, et que les minéraux inassimilables encrassent notre organisme (faits confirmés par le Professeur Degrez, selon lequel le calcium de l’eau ne peut être absorbé par l’intestin).

Ces recherches peuvent être confirmées par de banales observations :
Dans certaines régions où l’eau du robinet est très calcaire, on retrouve malgré tout des personnes souffrant de déminéralisation et de décalcification.

La forte teneur de l’eau en calcaire est à mettre en rapport avec les 3.500.000 opérations annuelles de calculs rénaux en France.
Pourtant, la plupart des gens pensent que tous les minéraux, quelque soit leurs origines, sont bons pour la santé. Ce qui n’est pas du tout le cas, voici pourquoi : en biologie, il existe deux grandes classifications d’êtres vivants :

 

- les autotrophes (plantes, micro-organismes) qui ont seuls la possibilité d’assimiler directement les minéraux,
- les hétérotrophes (homme, animal) qui sont incapables d’assimiler directement les minéraux s’ils ne sont pas transformés au préalable par les plantes et les végétaux (fruits, céréales et légumes).

 

Les propriétés du corps dépendent non seulement de la nature des atomes formant la molécule, mais aussi de la disposition de ceux-ci dans la constitution de la molécule, c'est-à-dire de la structure moléculaire en elle-même. Cette différence est mise en évidence par leur action sur la lumière polarisée.

L’être humain ne peut donc assimiler que des minéraux organiques. Ils sont dotés d’une structure moléculaire dissymétrique et dévient le plan de polarisation de la lumière. On dit qu’ils sont actifs. Les minéraux de l’eau, eux, ont une structure moléculaire symétrique ; ils ne dévient pas le plan de polarisation de la lumière et sont inactifs, inertes.

Les minéraux contenus dans l’eau ne sont donc pas assimilables par notre organisme et ne font que l’encrasser, contribuant ainsi, comme l’a démontré le Prix Nobel WARBURG, à l’apparition du cancer, par perturbation de la pression osmotique extra cellulaire.

Le Docteur Damoor a démontré, dès 1917, que lorsque l’on perfuse un rein sain avec de l’eau chargée en minéraux, celui-ci gonfle et sa membrane rénale se ferme aux échanges.
En revanche, si on perfuse par la suite ce même rein avec de l’eau pure, celui-ci dégonfle et sa membrane rénale se ré-ouvre permettant ainsi l’élimination des toxines.



 

 


 


L’eau et les maladies de civilisation

 

Les recherches de nombreux médecins, utilisant la bioélectronique du Professeur Vincent (mesure du pH, de l’oxydation et de la résistivité) ont démontré que les maladies de civilisation se développent dans des terrains biologiques caractérisés par un sang trop alcalin, trop oxydé et trop chargé en toxines.

Une étude américaine a été effectuée sur deux villes distantes seulement de 50kms. L’une des villes était alimentée par une eau très pure et l’autre par de l’eau traitée par des produits classiques. Il a été constaté que dans la ville où les habitants consommaient de l’eau pure, le taux de cancers, de maladies cardio-vasculaires et de mortalité était de 50% inférieur à celui de l’autre ville. Cette étude démontre, parmi tous les facteurs contribuant à l’apparition des maladies de civilisation, l’influence considérable de l’eau.

Le Dr Roth du Muséum de Paris a fait des expériences entre 1953 et 1957 sur l’influence de l’eau sur le cancer. Il s’agissait d’étudier l’évolution de tumeurs cancéreuses provoquées par l’administration de 40mg d’oestradiol et greffées sur des souris, en fonction de l’eau consommée. Les souris buvant de l’eau qui ont un pH supérieur à 8 ont développé un cancer au bout de 4 mois. Il n’a été constaté aucune évolution tumorale sur celles buvant de l’eau à pH inférieur à 7.5.

Poursuivant ses expériences sur des lapines, elles ont reçu des implants cancérigènes à 70mg d’œstradiol. Divisées en 3 groupes, elles ont bu de l’eau à pH 4.5, 7.5 et 8.5. Au bout de 5 mois, toutes les lapines avaient développé un cancer excepté celles consommant de l’eau à pH acide.

L’eau peut donc, en fonction de sa qualité, contribuer dans une large mesure au développement de ces maladies ou être au contraire un puissant facteur de retour et de maintien de la santé.


L’eau et l’alimentation

 

La plupart de ceux qui achètent de l’eau en bouteille pour leur consommation, cuisinent avec de l’eau du robinet pour des raisons financières et pratiques. Rares sont les privilégiés qui utilisent de l’eau minérale pour préparer leurs boissons : thé, café, tisanes, potages ; et encore moins pour cuisiner : riz, pâtes, pommes de terre ou simplement pour rincer les légumes.

Beaucoup pensent qu’en faisant bouillir l’eau du robinet, ils éliminent ainsi les éléments nocifs. Ceci est partiellement faux car, certes ils détruisent les microbes, mais concentrent les éléments indésirables. La quantité de chlore reste quasiment identique, le calcaire se transforme en tartre sous l’effet de la chaleur (ce qui se traduit par un dépôt blanc dans les casseroles) qui se dépose dans notre organisme et l’encrasse. De plus, l’eau du robinet utilisée n’est pas toujours de l’eau bouillie : rinçage des salades, des légumes…on risque ainsi d’absorber en plus des produits de traitement de l’eau et du calcaire, des microbes, des bactéries et des virus qui se développent dans les canalisations.

En effet, des recherches scientifiques publiées dans un article de la revue "LA RECHERCHE" ont démontré que l’eau se recontamine après les stations de traitement, en bactéries et microbes, dans les tuyaux amenant l’eau aux habitations. Le nombre de bactéries peut atteindre 1 million par cm2 de tuyau.

Des expériences scientifiques ont démontré que l’absorption d’eau du robinet nuit à une bonne assimilation des aliments. Ceci est évident dans la mesure où les produits de traitement de l’eau ont pour but de détruire les microbes et bactéries et ont donc le même effet destructeur sur la flore intestinale. Des vérifications ont été entreprises sur des animaux d’élevage divisés en deux groupes, et nourris identiquement, mais buvant dans le 1er groupe de l’eau pure et dans le second de l’eau du robinet. Il a été constaté que les selles des animaux buvant de l’eau du robinet contenaient beaucoup de protéines, de vitamines et de sels minéraux qui n’avaient donc pas pu être assimilés. A contrario, les animaux buvant de l’eau pure avaient des selles très différentes sans perte de ces éléments vitaux.

 

Quelle eau devons-nous boire ?

 

Nous devons boire des eaux peu minéralisées, l'une des eaux peu minéralisées vendues en bouteilles la plus célèbre est l'eau du Mont Roucous.